Enfants 

Les adultes ne sont pas les seuls à faire face à des angoisses handicapantes. S’ils semblent à l’abri du stress et de l’angoisse, les enfants n’en sont pas moins sujets à des crises existentielles qui développer un réel mal-être. Bien que les parents commencent peu à peu à comprendre l’utilité d’emmener leur enfant consulter un psychologue, beaucoup hésitent à sauter le pas. La méconnaissance des besoins de leur enfant et des dangers qu’il encourt les empêche de comprendre l’ampleur des difficultés qu’il peut rencontrer.
L’assistance aux enfants en difficulté est une des thérapies les plus importantes que je prends en charge. 

  • Petite enfant et enfance : quand consulter un psychologue  ?

  • Comment reconnaître et faire face à la phobie scolaire ?

  • Comment aider les enfants à faire face à l'angoisse et à l'anxiété ?

  • Agressivité ou colère chez l'enfant : comment y faire face ? 

Petite enfance et enfance : quand consulter un psychologue ?

Le trouble du comportement chez l’enfant peut débuter dès la petite enfance. Chaque patient évolue à un rythme qui lui est propre, et les enfants ne font pas exception à la règle. J'aide les parents à déterminer les possibles retards ou dysfonctionnements que leurs enfants peuvent rencontrer. Durant la petite enfance et l’enfance, les troubles développés par le petit patient se rapportent généralement à des problèmes relationnels ou des retards psychomoteurs. Avant 4 ans, ils peuvent également développer d’autres dysfonctionnements, dont les troubles du sommeil ou de l’alimentation, un attachement démesuré à un ou plusieurs objets, ou encore une difficulté à assimiler les notions de propreté. Mon assistance a pour but de définir les problèmes que les petits aux vocabulaires limités peuvent rencontrer.
Entre 4 et 12 ans, les problèmes évoluent et peuvent nécessiter l’intervention rapide d’un psychologue pour enfant. A cet âge, les jeunes patients développent une forme plus ou moins accentuée de phobie scolaire. Avec un cercle qui s’étend à l’école et aux activités externes, les enfants sont soumis à une pression qu’ils peuvent avoir du mal à gérer. Avant d’investir dans une thérapie individuelle, une évaluation réalisée par un professionnel est conseillée. Les troubles du langage, la difficulté à socialiser entraînent une difficulté à s’adapter dans son nouvel environnement. Agitation extrême, résultats scolaires insatisfaisants… les signes qui témoignent de troubles du comportement sont nombreux.
Les enfants que je suis souffrent d’une ou de plusieurs troubles. Une forme d’agressivité soutenue n’est qu’une des nombreuses alarmes qu’il faut prendre en compte. Chez les enfants, le bégaiement, la difficulté à trouver les bons mots, les difficultés d’apprentissage, les signes d’hyperactivité et les bêtises répétées sont aussi importants qu’un état de tristesse persistant, une tendance à mentir, ou une maladresse appuyée. Le psychologue agit comme un soutien indispensable aux parents qui ont du mal à trouver une approche répondant aux besoins de la famille.

Comment reconnaître et faire face à la phobie scolaire ?

L’école est un environnement qui met les enfants et les adolescents face à des situations qu’ils ne sont pas toujours prêts à gérer. Face à l’angoisse que la phobie scolaire déclenche, les plus jeunes subissent une détresse qui altère leurs premières expériences en communauté. Le phénomène est tel que beaucoup ont du mal à assimiler la nécessité d’aller tous les jours dans un endroit où ils ne se sentent pas en sécurité. Au cours des dernières années, le mal-être se généralise et touche de plus en plus d’enfants. Si les causes du mal-être lié à l’école ne sont pas clairement déterminées, elles sont habituellement liées à la peur de l’échec, à un environnement familial difficile, ou à des événements traumatisants. Chez les enfants, des événements tels qu’un déménagement, une séparation familiale, un deuil ou une réaction inadaptée sont autant de facteurs pouvant initier une phobie de l’école.
Les symptômes varient d’un enfant à un autre. Dans la majorité des cas, une montée d’
angoisse au moment d’aller en classe, un refus catégorique de quitter la maison se remarquent chez les sujets souffrant de cette phobie. Si certains parviennent à exprimer leur embarras avec des mots, beaucoup manifestent leur mal-être par des réactions physiques extrêmes : malaise, vomissements, maux de ventre et autres nausées peuvent se déclencher violemment, sans raison apparente. D’autres sont plus expressifs en choisissant les cris, les pleurs et des accès de violence pour formuler leur état de panique. La thérapie individuelle me permet de rechercher l’origine du problème. L’application d’une psychologie analytique aide à mettre l’enfant face à ses peurs, afin de le rassurer. Dans les cas extrêmes, une thérapie familiale devient indispensable. Pour que l’enfant puisse progresser, l’approche demande l’implication des proches, de son école, et d’un psychologue réactif.

Comment aider les enfants à faire face à l’angoisse et l’anxiété ?

Chez les enfants, l’anxiété ne peut être catégorisée comme pathologique si elle ne nuit pas à leur développement. Il s’agit d’une étape indissociable de la vie d’un enfant qui découvre son environnement, et qui grandit normalement. L’anxiété peut toutefois devenir problématique lorsqu’elle devient un handicap dans le quotidien du patient. La peur de la séparation, l’anxiété envahissante, les paniques aigües, les phobies et les troubles obsessionnels compulsifs en constituent les principales sources.
Cet état se reconnait par des modifications soudaines du comportement de l’enfant,
des troubles récurrents de son sommeil, d’une attitude d’évitement qui se confirme avec le temps, ou encore par un besoin irrationnel de se sentir rassuré. Les problèmes de concentration doivent aussi alarmer les parents qui devront être les premiers à détecter les problèmes en fonction de l’âge. Se tourner vers une psychologie comportementale permettra de faire le point, et de traiter ces handicaps avant qu’ils ne nuisent au développement de l’enfant.

Agressivité ou colère : les troubles du comportement chez l’enfant

Un enfant qui présente des troubles du comportement peut devenir un danger pour lui-même ou son environnement. Définir les comportements inadaptés est primordial pour pouvoir prendre l’enfant en charge. Spécialisé en psychologie comportementale, j'accueille souvent des enfants en grande difficulté, qui font face à une instabilité psychomotrice, des TOC, ou un état dépressif avancé.

En plus de ces symptômes, un enfant souffrant d’un trouble du comportement peut avoir tendance à devenir agressif, fuguer, commettre des vols ou faire une violente crise de colère.
Des troubles alimentaires aux refus d’obéir, en passant par des tendances sadiques envers les animaux, mon activité offre un accompagnement qui se concentre sur l’enfant, avant de gérer les problèmes liés à son entourage. Pour progresser, des séances seul avec l’enfant sont indispensables. Votre enfant a le droit à un entretien de 30 mn au cours duquel nous abordons peu à peu ses sujets d’appréhension. Les séances avec les parents s’étalent sur 45 mn. En suivant un programme adapté et en bénéficiant d’un suivi personnalisé, un enfant souffrant de troubles du comportement se défait rapidement de ses sources d’angoisse.

 
 
 
 

Mme BEKAERT-MAIGA Julie

Mail : julie.bekaert@hotmail.fr

 

Secrétariat : Océane  

Tél : 06 45 32 18 93

Mail : polemedicalledauphin@hotmail.com

 

  • Doctolib
  • Facebook